L’estuaire : voie maritime

Déjà à l’âge du bronze l’étain venait de Cornouille et le cuivre d’Espagne. Ce traffic est à l’origine de la fondation de Burdigala par les Bituriges Vivisques. D’autres ports jalonnent l’estuaire à l’époque pré-romaine : Blaye, Fréneau, Mortagne, Barzan, Meschers, Royan. Plusieurs raid vikings ont lieu dans les années 844-863 qui ruinent le commerce bordelais.

Du XIIè au XVè s. l’accession au trône de Henri II (Plantagenet) en 1154 et son mariage avec Aliénor d’Aquitaine ouvre la voie à 3è siècle de commerce avec l’Angleterre. Le trafic du vin prédomine  mais aussi celui du pastel, du safran et des armes pour l’exportation et des poissons séchés, des cuir, peaux, draps et métaux pour l’importation. L’huile, la cire et le sucre viennent de l’Espagne et du Portugal Le sel vient des côtes saintongeaises. Le phare de Cordouan construit à l’époque du Prince Noir signale l’entrée de l’estuaire.

Au XVI et XVII è s. les marins partent pour Terre Neuve pêcher la morue. D’autres expéditions partent pour Madère, la Guinée, le Brésil ou les Amériques. Le cabotage (navigation près des côtes)  vient surtout des villes de la Hanse des Pays-Bas qui constitue les 2/3 du trafic à la fin du XVIIè.

Le XVIIIè est la grande époque du commerce colonial avec les Antilles pour l’importation du sucre, du café, du coton et de l’indigo. Cela incluait aussi le trafic des esclaves, Bordeaux était le 2è port négrier de France. De nombreux navires vont aussi explorer la Chine, le Canada et Bordeaux devient le premier port d’exportation vers l’Amérique du Nord au moment de la Guerre d’Indépendance. Le commerce vers les villes hanséatiques des pays du nord : Allemagne, Scandinavie, Russie, Prusse est multiplié par 50. Ils nous expédient du bois, des céréales et des métaux.

Le XIXè voit le développement des constructions navales, mais de nouvelles techniques (chemin de fer) vont concurrencer le commerce naval.

– La vigne et les vins du Blayais

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *